oeuvres   |   2016-2017   |   notes écrites   |   Expositions   |   Me contacter

notes écrites > mémoire de maîtrise > I ) la source d’inspiration que constituerait pour la réalité virtuelle, la vision grecque >

4 ) Place Holder , de Brenda Laurel

(http://www.interval.com/projects/placeholder/index.html)

l’oeuvre PlaceHolder , sur laquelle travaille Brenda Laurel peut également nous aider à mieux percevoir une telle conception ; bien qu’il y à loin de considérer qu’elle corresponde entiêrement à l’angle sous laquelle je vais la décrire ici :en plus de la vision grecque en effet vient se greffer des études poussées sur la culture indienne (Amérique) à laquelle elle appartient à moitié ,ainsi que des liens vers un forme d’anthropologie , (et du symbolisme à la Yunger .) Sans oublier de dire qu’elle est principalement destinée aux enfants . L’oeuvre se présente aux participants comme une cave sombre ,dans laquelle ils pénêtrent , par deux ,dans deux cercles distincts , munis de puissants casques de visualisations , guidés qu’ils sont par "the voice of goodess ", une voix synthétique non incarnée. Ils vont rencontrer dans la pénombre de petites entités symboliques virtuelles ,appelées "critters" :une araignée ,un corbeau, un serpent,...etc ,idéalisés, émettant des sons bien particuliers , et par lesquelles en s’en approchant au plus prês les participants pourront s"habiller"( le terme anglais employé pour les nommer est três significatif ,mais je ne le retrouve pas ) , s’incarner spirituellement de leur forme .

"Three-dimensional videographic scene elements,

spatialized sounds and voices, and embodiment as

petroglyphic spirit animals " .

Brenda Laurel ,site de Placeholder

" Alors ,le long de ce petit mur ,vois des hommes qui portent,dépassant le mur , toutes sortes d’objets fabriqués , des statues , ou encore des animaux en pierre ,en bois , façonnés en toutes sortes de matiêres ;de ceux qui le longent en les portant ,il y en a , vraisemblablement qui parlent , il y en a qui se taisent ."

Platon ,la caverne ,la Republique , pleà¯ade .

Une fois "installés" , connectés ,("embebed")avec ( à ,dans ) leur avatar temporaire , ils peuvent ainsi découvrir de l’intérieur le comportement logique d’un animal , autant par les phénomênes visuels virtuels(sur certaines bestioles ils ont pu greffer des "filtres" de comportement visuels à l’animal ,comme une vision infrarouge dans le noir, ou de couleurs variées ...etc), que sonores (les voix des participants sont retravaillés par synthêse afin qu’elles ressemblent soit à un corbeau , soit à un serpent ,etc ....) ;ou encore gestuels (celui qui se connecte à l’avatar du corbeau s’aperçoit qu’en battant des ailes il peut voler ,dans son espace de visualisation .) Plus , les deux participants peuvent se voir mutuellement, devenir l’animal spirituel que l’autre est devenu , et interagir en sa compagnie , pour toucher , manipuler les différents objets du monde . Ils peuvent ainsi accéder , par l’intermédiaire de portails "portal" à trois mondes différents , qui sont des vidéographies numérisées issues d’espaces réels . En plus de la caverne ,ils peuvent accéder par télétransportation (téléopération) à une cascade magique pleine de sons et de mouvements ,enfin à des montagnes rocheuses . Ce qui est à noter lorsqu’on a lu les notes Severed Head qui entourent la conception de l’installation (sur le le site de Brenda Laurel ) c’est l’importance qu’accorde l’auteur à l’espace du lieux de rencontre et d’action , comme d’un champs actif et symbolique auquel on devrait se conformer et littéralement s’incarner ; on retrouve ici la vision humanitaire des indiens où l’espace physique d’une terre est considéré comme le "holder" , le tenant , le propriétaire des âmes et des êtres physiques qui s’y incarnent et transmigrent ; mais surtout pour ce qui nous intéresse , c’est la tentative de mise en espace , d’une synthêse esthétique élaborée depuis une vingtaine d’année par l’auteur ,de la synesthésie possible entre la dynamique du théâtre grec et de son pendant Platonicien de la vision de la caverne ,dans la conception de la réalité virtuelle ; si l’on s’attache à regarder de plus prês le passage d’Oedipe à Colone que j’ai inséré dans ma maîtrise , on peut se rendre compte de l’importance accordée au lieu , sacré et symbolique , et à un "protecteur", un tenant du lieu , semblable à la voix de la déesse (voice of godess )qui véhicule l’action de l’installation ; on s’y déplace selon un rituel précis , sous le commandement d’un choeur , d’émissions sonores qui guident l’impossibilité de perception ( ceci semble se retrouver parfaitement dans l’oeuvre de Brenda laurel) ; c’est le corps tout entier qui se déplace dans un espace à la symbolique mystérieuse et inconnu .Ooù déjà le corps et l’entité d’une personne deviennent une partie ,une parcelle d’une structure organique et physique vivante sur laquelle il peut agir ,et rencontrer ,commuter avec d’autres êtres :

Antigone :

"je ne suis pas aveugle ,c’est les yeux dans les yeux

et comme si j’étais de votre sang que je vous implore

d’avoir égard pour cette infortuné [...] .

( passage issu d ‘Oedipe à Colone ; voir la fin du document f insérédans ce chapitre )

Ce qui est une des actions principales des deux cyborgs ,intervenant ensembles à distance sur les mêmes objets . ( Howard Rheingold parle de l’impression assez extraordinaire que l’on peut avoir lorsque pour la premiêre fois , on agit de ses propre mains à distance , avec d’autres , sur un même objet). De l’autre côté nous sommes au prise avec la vision du théâtre de Platon, purement intérieure à la matiêre , où les éléments physiques qui la composent , les corps , les objets ne seraient souvent que des ombres , les avatars mouvants et transformables , virtuels , d’une représentation éphémêre , d’un idéal à atteindre ; idéal qui serait en mesure de les libérer de leurs liens ;comme on libérerait Prométhée de ses chaînes -vers la lumiêre elle même ,dans sa plénitude libératrice ? Ici encore le media informatique serait l’élément amplificateur qui nous permettrait de rendre effectif le désir de commutation dans l’espace et le temps de la lumiêre ,non plus seulement des langages artistiques,ou même scientifique , mais des corps eux-mêmes .


Dans la rubrique

+ 1) Oedipe à Colone
+ 2) Le salon des ombres des ombres, Luc Courchesne
+ 3) Howard Rheingold et Brenda Laurel
+ 4 ) Place Holder , de Brenda Laurel
+ 5) L’ Illiade ; Homere, ou la possession de l’armure virtuelle .