oeuvres   |   2016-2017   |   notes écrites   |   Expositions   |   Me contacter

notes écrites > mémoire de maîtrise > II ) du rapport des sciences et des nouvelles technologies , avec la notion émergeante d’hypermédia . >

Proust , Joyce ,Marvin Minsky , mise en rapport ....

a) Proust

Il est bien entendu difficile d’affirmer ,ou de dire qu’une chose ,un évênement , une forme de pensée , puisse directement naître d’une autre .(Il s’agirait plutôt d’une interconnexion de pensées propres à une époque .) Mais une analogie me paraît dorénavant évidente (sinon juste ) qui met dans une même forme de confrontation d’esprit , de style, la pensée de Proust et celle de Joyce (Comme la pensée d’Einstein pouvait se confronter à celle de Bore ,et celle d’Awking à Penrose.) Il est en effet singulier pour moi de constater que l’esthétique proustienne , mise en application dans son oeuvre à la recherche du temps perdu développe avec une três grande acuité de tous les sens et de tous les médias ( imaginaires) possibles ,une forme de relativité psychologique du vivant , dans le temps et l’espace . Pour argumenter ceci il est possible de se référer à un passage précis où la forme de son oeuvre , et son sens peuvent-être supervisés rapidement ,et qui figure dans le temps retrouvé , à partir de la page 866 du troisiême tome (de l’avant derniêre édition)d’à la recherche du temps perdu ,dans le temps retrouvé ; et plus précisément encore dans la cour des Guermantes .Esthétique du vivant , selon laquelle il ne serait possible de considérer la vie dans le temps et l’espace , que si l’on tentait de les considérer dans une même métaphore spirituelle -source de vraie vie .Les descriptions somptueuses ,les images , les confrontations de souvenirs ,(qu’il nous a interprété tout le long de son oeuvre )submergent à la surface en parabole comme des faisceaux lumineux autour d’un même espace :en dehors du temps ?

[...] "Un azur profond enivrait mes yeux ,des impressions de fraicheur , d’éblouissante lumiêre tournoyaient prês de moi et , dans mon désir de les saisir , sans oser plus bouger"[...]

Page 867.

"Rien qu’un moment du passé ?Beaucoup plus ,peut-être ;quelque chose qui ,commun à la fois au passé et au présent, est beaucoup plus essentiel qu’eux deux ."[...] (Page 872)

"De sorte que ce que l’être avaitpar trois et quatre fois ressuscitéen moi ,c’était peut-être bien des fragments d’existence soustraits au temps ,mais cette contemplation, quoique d’éternité , était fugitive ."

(et tout le paragraphe qui l’entoure , à partir de la page 866 ([...] "Mais c’est quelquefois ... ; )

Il est encore remarquable ici qu’il trébuche et perde en quelque sorte le sens de la vision , aveuglé par la source lumineuse d’images et de souvenirs dont il est victime . Et dans toute son oeuvre on sent bien combien il s’evertue à construire son "église" , son "architecture" , non plus de la maniêre linéaire d’un Goncourt , mais uniquement en paraboles qui ne communiquent que par le vecteur de la lumiêre des souvenirs ! Et pour en revenir à cette confrontation avec Joyce ,qui serait analogue à la confrontation scientifique dont j’ai parlé : dans la conception de Proust semble être présent une part de l’essence qui se revelerait potentielement à la base de la conception quantique du monde .Dans ce même passage , il est fait nettement référence ,quant il s’agit des souvenirs de différentes époques qui émergent d’un coup, à la possibilité , et peut-être au fait qu’il eût peut-être été préférable de ne même pas les organiser dans une oeuvre artistique ,par paraboles lumineuses ,et en relation entre elles autour d’un même vecteur et corps spirituel,mais bien de les mélanger , de mélanger la tasse de thé avec le pavé de la cour , et les riviêres avec les jeunes filles puis les ombres dans une même phrase ( Comme le faisait déjà certains poêtes de sa connaissance ,tel Saint Léger Léger .) Et pourtant il tenait à la logique de son discours , et à l’interrelation du discours spirituel de la vie ,autour de souvenirs distincts et perceptibles .(Comme chez Einstein ,tout devait pouvoir visuelement se mettre en rapport l’un avec l’autre , selon sa théorie du point de vue .) b ) Joyce

Alors que Joyce , surtout avec son livre Finnegans Wake , entre directement et sans vergogne dans la matiêre même de ce qu’il écrit comme il se comportait dans la vie ,en être au discours volontairement psychotique :qui découpait l’espace des choses pour les recoller à d’autres endroits , à la recherche non plus de la surface des choses ,mais bien de leur masse quantifiable ou non .Il est difficile de faire une référence à une page précise du livre ( la premiêre suffirait t’elle ?)

"riverrun , past Eve and Adam’s ,from swerve of shore to bend of bay,brings us by a commodius vicus of recirculation back to Howth Castle and Environs ."

Mais il est clair apparemment qu’il se sert de n’importe quels mots sencés représenter des événements comme des phonêmes argileux , les plus ridicules , les plus étranges ou anecdotiques qu’ils soient , pour reconstruire une genêse où le corps de l’être et sa spiritualité sont vues sous le jour d’un animal arraché vif au contact des éléments physiques qui l’entourent , et qui recherche à partir du peu qu’il est à se reconstruire tant bien que mal avec ceux-ci . Il est à noter ici aussi que la perte de la vue , dont il a été victime à la fin de sa vie ,possédait une grande importance dans l’elaboration de son oeuvre (il n’a pas voulu se faire opérer avant d’avoir fini certains chapitre !), rejoignant ainsi , au moins par association d’idées ( je cherche plus à traduire une idée ici que de démontrer la véracité de mon exemple) , le fait que la théorie quantique , et donc le monde , sur certains points, amêneraient à l’aveuglement , à la fin de toute perception visuelle véritable possible. Il apparaît évident qu’il s’agit ici ,au travers de deux conceptions différentes , de reformulation des langages artistiques ; mais peut-être pas d’hypermédia :il ne s’agit que de littérature ,et de plus il n’existe aucun média technologique .Pour la premiêre objection ,on peut tout de même dire que ces deux auteurs avaient des prétentions et des facultés de perception musicales ,et de mouvements visuels immenses ,qui en un sens valaient certainement bien des outils technologiques dans leur approche hypermédia .(L’oeuvre de Proust est bâtie autour d’une église symphonique remplies d’icônes mouvantes ,et Joyce affirmait que son oeuvre était la musique ; qu’elle rendait caduque toutes les autres , et permettrait enfin de voir à travers la matiêre de l’espace temps (ce que pour ces deux derniêres affirmations on a peut-être du mal à croire .)

c) Marvin Minsky

Des petits exercices et jeux mis au point par Marvin Minsky, un des grands penseurs du MIT et des ressources des nouvelles technologies , que l’on peut trouver sur Internet , peuvent montrer une forme de synthêse d’une conception du langage qui se tient entre Proust Et Joyce , et s’apparente de loin en loin avec l’art de Beckett ,qui fait le lien avec la science :des mots découpées apparement , d’une phrase logique , ou plutôt d’une phrase inachevée des mots déposés et mis en désordre ,au libre choix du lecteur de reformuler le , les phrases que l’on serait prêt à sous-entendre :mais avec une forte indication optique de sens potentiel inspiré par la grande intelligence ,et la sensibilité de l’auteur .

"This is a collection of 50 word-games based on phrases uttered by Marvin Minsky. Many of these phrases are part of the libretto for the Brain Opera. You can play by selecting the game you want in the number-box below, and then clicking on the box called "Take me to Game". Once you get the game, the rule is to guess the original phrase from a jumble of words and drag the individual word-tiles down below the box. If you get the order right, there will be a (perhaps surprising) response from the computer. This applet does not require sound, but the effect will be better if you have it. The idea is for you to begin with game number 1 and move sequentially through them up to number 50. After completing a game successfully, you will be prompted to quit or play again ; if you choose to play, you will be presented with the next game. In order to skip around, you will have to go back to this page and select a different game from the number-box below. Please note that games 30-50 are very challenging ! They contain words which don’t belong in the phrase ; you must pick out the phrase correctly and leave the extraneous words remaining in their original jumble-space. "

( Aller sur le site de Brain Opera http://brainop.media.mit.edu/online/net-music/minsky-text/game.html pour utiliser ces "jeux" de mots ;il faut un navigateur compatible Java)

(Je développerai plus cela dans l’étude de Brain Opera même , où le texte employé dans le spectacle est de lui .


Dans la rubrique

+ A) introduction
+ 1) relativité générale
+ 2) Théories quantiques
+ 3) Cosmologie
+ Proust , Joyce ,Marvin Minsky , mise en rapport ....
+ 5 ) Le caractère non verbal de la pensée
+ 6) Puissance de la vision intérieure
+ B) Les nouveaux médias
+ B.1) Cinéma , Television , vidéo : Bref aperçu de leurs possibilités hypermédias
+ C) L’ordinateur : de l’ Hypermédia à la réalite virtuelle