oeuvres   |   2016-2017   |   notes écrites   |   Expositions   |   Me contacter

notes écrites > mémoire de maîtrise > II ) du rapport des sciences et des nouvelles technologies , avec la notion émergeante d’hypermédia . >

B.1) Cinéma , Television , vidéo : Bref aperçu de leurs possibilités hypermédias

Une des choses les plus remarquables , est peut-être de constater combien la puissance d’interconnexion ,de commutation des espaces physiques de tout ce qui touche à la lumiêre (et d’une maîtrise électronique des particules et des ondes de celle-ci)est grande ,et surtout possédant selon toute vraisemblance des transversales dans toutes les dimensions (connues )du vivant .A la page 264 de son livre (l’esprit , l’ordinateur ....)Roger Penrose compare l’ état quantique d’une particule (lumineuse)au comportement d’une transformation de Fourier , (établissant la relativisation de tous les sons entre eux , dans un véritable systême harmonique ),mettant en évidence la relation étroite que peuvent posséder ,à un niveau quantique certes , les phénonêmes lumineux et sonores .De fait nos technologies modernes n’ont eu semble t’il aucun mal à un niveau électronique de reproduire le désir d’association de l’image et du son de nos cultures .

a)cinema

Et comme pour accentuer le niveau de rencontre sensorielle que constitue le déplacement de ces ondes lumineuses avec notre propre esprit , il se peut que l’on ait recrée naturellement (au delà même de la nécessité de l’obscurité liée à la technologie) au cinéma cette antichambre obscure et noire que constitue une salle de cinéma ,pour reproduire et développer (à l’image ancienne d’une cathédrale ?)nos sensations .Comme on a besoin d’une obscurité maximale pour contempler la puissance des étoiles,avons nous eu besoin du noir pour s’immerger dans leur avatar virtuel et lointain que constitue les "stars" ? De fait on peut comprendre l’immense succês qu’a pu avoir un film comme la guerre des étoiles ,associant images et sons três dynamiques , et qui nous fait voir de l’intérieur l’espace des étoiles en relation avec la mythologie ,dans un esprit bande dessinée des plus rassurant ; c’est quelque chose de três chaud , comme dirait Marshall Mac Luhan dans comprendre les médius (Dans le chapitre le cinema ).Peut-être bien parce que nous entrons dans le domaine de la cinématique de plans séquentiels mis en rapports ,comme l’est la vision conçu par la relativité générale :de ce fait l’on peut s’identifier au plan de conscience linéaire et courbe de l’esprit humain tel qu’il a pu se développer dans nos civilisations ,positionné sur le principe de la chronologie ,voire de la chronoscopie .L’identification idolâtre à la princesse ". ...(Leia)..." ,intouchable ,qu’est l’étoile du cinéma ,mettant en évidence le glissement de notre perception sur le phénomêne du déplacement surfacique de la lumiêre ,comme dans un moule spirituel et imaginaire à l’empathie forte , tel une déesse qui étendrait ses bras amoureux et protecteurs autours de nous ,sans que l’on puisse jamais la traverser ni l’atteindre . De là pour nous de se rendre compte si possible de l’influence du cinéma sur les langages :

"Nous pouvons maintenant nous pencher sur un dernier exemple , et des plus concluants , de l’influence du cinéma. La technique la plus célêbre de la littérature contemporaine est probablement celle du courant de la conscience ou monologue intérieur .Que ce soit chez Proust ,Joyce ou Eliot , cette forme de succession permet au lecteur de s’identifier de façon extraordinaire aux personalités les plus diverses et les plus dissemblables ."

Marshall Mac Luhan , dans le chapitre cinema du livre Pour comprendre les médias .

Démarche ,proposant un chemin d’identification et de participation du spectateur (lecteur...etc) avec les personnages et héros proposés , qui tiendrait d’une forme de prise de possession par translation ondulatoire (de la lumiêre ?) ; phénomêne qui ne doit certainement pas être négligé dans tout projet hypermédia ,parce qu’il serait en mesure de créer les chemins de rencontre possibles et logiques de l’esprit à tout élément qui correspondrait à la cinématique de la lumiêre : or qui y échappe ? Nous ne pouvons pas dire ici qu’il y a interaction au sens propre du terme :simplement le rappel ,que dans notre communication ,notre relation à la lumiêre , (de l’image ,cinématographique ou mentale )nous sommes celui qui est , et désire être-la quasi totalité du temps -possédé . (Nous retrouvons en puissance ce phénomêne dans l’élaboration et la mise en place d’un jeu de rôle ,ou d’un rituel de possession ,dans lesquelles nous mettons en évidence que nous sommes possédés par l’esprit d’un autre ,dont on doit idolâtrer les rêgle afin de ne pas périr .)De cela devons nous déduire qu’il ne faut pas , dans une oeuvre hypermédia ,comme dans la vie , laisser libre l’auditeur ,ou la personne faute de quoi il-elle s’en irait ? Plus que le phénomêne du cinéma ,l’apparition de la télévision , et de son avancée technologique que constitue la vidéo, vont créer de véritables " écrans de contrôles" ,capables de commuter les lieux en temps réel ,dans un espace trans-apparent -voilà des termes employés plus haut empruntés à Paul Virilio pour décrire les forces et possibilités de l’esprit en puissance, mais cette fois-ci utilisé dans le sens de l’auteur pour décrire la force synesthésique de l’esprit humain en translation avec la vidéographie .(Voir document ci-joint) (Mais si ces spécificités étaient déjà peut-être celles de l’esprit en puissance , quelle sont celles alors de la télévision et de la vidéo ?Un champs d’énergie qui permet de visualiser , et plus, d’amplifier ce déplacement et cette commutation bizarre ?) J’emploie donc ces termes utilisés par Paul Virilio pour ancrer dans un exemple l’idée de perception que l’on peut se faire du phénomêne télévisuel et vidéographique :comme d’un espace d’interface de phénomênes physiques distants capables d’interagir autour d’un même évênement ,dans le temps quasi instantané (en tout cas pour notre systême de perception)de la vitesse des phénomênes opto-éléctriques (images perçus de la fuite du temps et de l’espace que l’on pourrait espérer canaliser ?).L’une des représentations en puissance des phénomênes devenus ainsi possible , étant la technique appelée le "multi-plex"-(est-ce bien écrit ?)qui permet la retransmission bilatérale d’un même évênements -un journal télévisé ,les jeux d’intervilles ou un match de football...etc,de grandes messes contemporaines-entre différents lieux commutés dans l’espace télévisuel ,pour un,des spectateurs ;( notion de téléspectateur qui avec les possibilités de la vidéo offre déjà la potentialité de muter vers celle de spectateur-acteur ). De plus , de même que l’on a confronté la théorie quantique à la relativité générale , que l’on a mis en conflit les pensées mi-divergeantes mi convergeantes de Proust et Joyce , de même il serait possible d’opposer la télévision au cinéma .

b) télévision

L’espace du champs de perception de l’écran télévisé ainsi serait-il particulaire et photonique , quantique ? Les vedettes ,au dire même de Marshall Mac Luhan y perdent cette aura que l’on donnait aux lumiêres de Marylin Monroe . Autant nous étions dans l’extériorité de la représentation dramatique et romantique de l’idolâtrie et de la possession chaude et rassurante , autant c’est l’intériorité banale et commune du prim timer ,froide, qui nous hypnotiserait , comme si effectivement nous étions lui , mais que cela ne fait rien (contrairement à la vision d’une forme de tragédie toute physique ) que cela ne faisait aucune importance que cela soit lui ou un autre ; sauf si bien sûr il sait respecter l’espace de notre champs synesthésique :d’un au delà qui nous met à l’abri des vicissitudes du champs logique de la narration et de la perception commune .De là , la représentation Boudhique , du téléspectateur indifférent au drame extériorisé , pour entrer en communion avec l’espace kynesthésique du corps planétaire global ? .

" Les jeunes gens qui ont subi dix ans de télévision ont naturellement contracté une impérieuse habitude de participation en profondeur qui fait paraître irréels , dénués de sens et anémiques les objectifs lointains et imaginaires de la culture courante .Ce que la mosaà¯que de la télévision apprend aux jeunes esprits ,c’est la participation totale à un "maintenant" englobant en dehors duquel il n’existe rien ."

Marshall Mac Luhan p380 ,pour comprendre les médias .

Voire encore , à un retour du drame liturgique dans sa véritable abstraction,ou plutôt son incarnation spirituelle :

"Ce besoin nouveau de participation en profondeur a également provoqué chez les jeunes gens une ardente soif d’expérience religieuse à riches consonances liturgiques .Le renouveau liturgique à l’âge de la radio et de la télévision touche même les plus austêres des sectes protestantes . Le chant choral et les ornements somptueux réapparaissent partout .Le mouvement oecuménique est synonyme de technologie électrique ."

Marshall Mac Luhan .p365 (Comprendre les médias .)

(Bien que là dans son contexte de discussion je le trouve un peu excessif .)

De ces phénomênes peut-être pourrons nous retenir ,vis à vis de l’hypermédia , la mise en évidence nécéssaire de la transparence ,du discours et de la narration usuelle . Et que ce n’est plus le discours à l’individu télévisuel propre qui nous intéresse, mais à celui qui se trouverait au niveau de l’interface , qui commute , qui commute .


Dans la rubrique

+ A) introduction
+ 1) relativité générale
+ 2) Théories quantiques
+ 3) Cosmologie
+ Proust , Joyce ,Marvin Minsky , mise en rapport ....
+ 5 ) Le caractère non verbal de la pensée
+ 6) Puissance de la vision intérieure
+ B) Les nouveaux médias
+ B.1) Cinéma , Television , vidéo : Bref aperçu de leurs possibilités hypermédias
+ C) L’ordinateur : de l’ Hypermédia à la réalite virtuelle